Hotel et hébergement

Dès qu’on franchit la porte d’entrée après avoir gravi le grand escalier extérieur, et s’être retourné pour admirer ce paysage marin si fantastique, et qu’on se retrouve dans le hall de la réception, on sait tout de suite qu’on vient d’accéder à un lieu bien spécial.

Les plafonds pas très hauts avec coffrage traduisent les lointaines origines de ce bâtiment inauguré en 1892. Situé au cœur du village de Grande-Vallée, à quelques pas du quai et de la plage, l’Hôtel-motel Grande-Vallée et son restaurant l’Aubergine accueillent les visiteurs dans un cadre unique digne d’un havre de paix.
Ses 12 chambres situées dans le bâtiment principal (7) et dans la section motel (5) qui y est rattachée, proposent toutes un décor de style champêtre ou rustique à l’hôtel et plus standard au motel. Mais le confort est au rendez-vous partout.
Aubergine restaurant Grande ValléeLa salle à manger l’Aubergine propose des menus pour le petit déjeuner et pour le repas du soir, concoctés par la chef-propriétaire Stéphanie Nadeau. On y offre un éventail de plats et de boissons pour satisfaire tous les appétits, en plus de la magnifique vue depuis la salle à manger.
Elle et son conjoint, Mathieu Le Guerrier, sont tombés en amour avec l’endroit en 2020, en pleine pandémie, alors qu’ils y séjournaient en vacances. Après avoir appris que les propriétaires d’alors cherchaient à vendre depuis cinq ans, pour prendre leur retraite après 18 ans, ils ont fait une offre d’achat qui fut acceptée. Passionnés de restauration et d’hôtellerie depuis toujours et ayant œuvré dans le domaine depuis plus de 25 ans, ils caressaient le rêve d’avoir un jour leur propre établissement.
En avril 2021 ils en devenaient les propriétaires, après avoir quitté leurs emplois respectifs de longue date à Montréal dans la restauration et les bars, alors que la pandémie venait de causer leur fermeture. Avec leurs deux enfants, ils se sont installés à Grande-Vallée, dans une maison voisine de l’hôtel, et ont entrepris leur nouveau rôle d’hôtelier-restaurateurs.
Ils ont profité de l’accompagnement des vendeurs pendant un an. L’établissement emploie 17 personnes dont 4 emplois étudiants. Mis à part de courtes périodes au printemps et à l’automne, l’hôtel est ouvert toute l’année. L'été, vous voudrez profiter de la plage sablonneuse au cœur du village qui se termine juste devant l'hôtel. 

Plage Grande-Vallée
L’hiver, la proximité de sentiers de motoneige apporte son lot de clientèles saisonnières.

Hôtel-Motel Grande-Vallée
hotelgrandevallee.com
37, rue du Quai
Grande-Vallée (Québec) G0E 1K0
418.393.2648

Ce fut la maison du maire, le bureau de poste, l’hôtel de ville, un musée et quoi d’autre encore, pendant une grande période de son existence depuis 1864. En 2018, Sylvain Tanguay, un fils de la région, et des partenaires familiaux font l’acquisition de l’auberge ancestrale sur un coup de cœur. Une occasion pour lui-même d’effectuer un retour en région et de s’engager dans sa nouvelle carrière d’aubergiste.

Chambre Seigneurie des Monts
Avec ses 17 chambres, tant ancestrales que modernes, dotées de balcons et de vérandas donnant sur la mer, l'auberge offre une expérience de confort et de contemplation exceptionnelle. Une auberge accueillante pour toute la famille. Du petit déjeuner au souper du soir, la salle à manger et la terrasse s'animent au gré des marées. De grands arbres ceinturent le terrain et se posent comme des protecteurs inlassables du patrimoine unique, juste voisin de l’église paroissiale.

Sylvain Tanguay Seigneurie des Monts
Le propriétaire des lieux, qui a maintenant racheté les parts de ses partenaires pour devenir propriétaire unique, compte sur divers aspects de l’auberge pour satisfaire les touristes.
On y trouve un peu partout dans les espaces communs et les chambres de réels artéfacts et antiquités de l’histoire de l’auberge. Un café et une petite salle à manger permettent de s’y attabler pour un café, un petit déjeuner ou une crêpe de la crêperie-maison.


Café Seigneurie des Monts
On remarque aussi dès l’arrivée cette grande galerie agissant comme une terrasse couverte qui a regard sur le golfe juste en face.
Bien ancrée au cœur de la plus ancienne partie de l'auberge, la galerie d’art La Vieille Maison, vous invite à une exposition des tableaux de l’artiste-peintre Lise Tanguay. Des textes poétiques accompagnent les œuvres présentées.
L’aubergiste a vécu dans une famille où la mère accueillait des gens à la maison pour leur offrir le gîte ou leur apporter du réconfort dans leurs épreuves, par exemple. Il a donc, très jeune, été imprégné de ces valeurs d’accueil et de bienveillance, ce qui le sert très bien aujourd’hui.
La Seigneurie des Monts : un bon départ pour entreprendre le « Tour de la Gaspésie » !

Auberge la Seigneurie des Monts
bonjourgaspesie.com
21, 1ère Avenue Est
Sainte-Anne-des-Monts, Québec, G4V 1A2
418.763.5308

Une promesse d’achat de Julie Mercier et Patrick Lévesque en 2019, en a fait les propriétaires du Motel Le délice et de son restaurant maintenant connu comme Les Boucaniers SmokeHouse, à Mont-Saint-Pierre en Haute-Gaspésie. Ils en ont repris l’opération au printemps 2020, en pleine pandémie. L’établissement existe depuis près de 25 ans.
En hébergement, on propose 18 chambres confortables et un condo tout équipé sur deux étages. Pendant toute l’année, touristes, travailleurs, employés de Transports Québec, motocyclistes et motoneigistes, entre autres, viennent profiter des lieux.

Boucaniers
En restauration, on y sert le petit déjeuner chaque matin et la salle à manger est ouverte le soir sauf les samedis et dimanches. Le Boucaniers SmokeHouse a gagné une clientèle d’amateurs de viandes fumées. Patrick use de créativité en proposant un menu alléchant qui met en vedette des viandes fumées artisanales de qualité. Il nous met l’eau à la bouche avec sa recette de porc effiloché au café et à la bière (Pulled pork), un plat chaleureux et réconfortant à déguster en toutes saisons.
On peut aussi y savourer les mets exquis de la cuisine régionale, en table d’hôte ou à la carte, tout en profitant d’une vue imprenable sur la mer.

Motel Le Délice
Rien ne destinait vraiment Julie et Patrick à l’hôtellerie. Elle était infirmière et lui était dans le milieu politique. Julie a quand même vu son père opérer le motel pendant longtemps. Ils ont acquis un établissement en bon état, ce qui leur a évité de devoir investir des sommes importantes avant de l’opérer.

Deltaplane
Une bonne chance pour eux, Mont-Saint-Pierre est connu comme la capitale du vol libre de l’est du Canada. En effet, des pilotes de parapente et de deltaplane provenant de partout au monde s’y donnent rendez-vous chaque été afin de pratiquer leur sport favori.
C’est aussi à Mont-Saint-Pierre que le Sentier International des Appalaches atteint le Saint-Laurent après avoir traversé le parc national de la Gaspésie. D’une longueur de plus de 110 kilomètres, le réseau de sentiers de randonnée pédestre est très diversifié.
En hiver, cette région attire de nombreux skieurs et motoneigistes. On peut profiter de 550 mètres de dénivelé du Mont-Saint-Pierre. Les conducteurs de VTT sont également nombreux à sillonner les sentiers de quad et le secteur de Mont-Saint-Pierre du réseau des sentiers de quad de la Gaspésie est particulièrement réputé.

Coucher de soleil à Mont-Saint-Pierre

Le motel-restaurant Le Délice
audelice.com
100, rue Prudent-Cloutier
Mont-Saint-Pierre (Québec) G0E 1V0
418.797.2850

Quand Pascale Deschamps, une Montréalaise, et Jean-François Tapp, un Gaspésien, ont décidé de s’investir dans la grande aventure de l’Auberge et du Camp de base Coin-du-Banc en 2018, nul ne pouvait prédire ce qui arriverait en 2020-2021 sur la planète. Cet endroit mythique fermé en 2016 ne demandait qu’à trouver ses nouveaux « parrains » pour poursuivre la mission entreprise dans les années 1970 par un couple d’Irlandais expropriés de l’Île Bonaventure, les Maloney.
Aujourd’hui, ils peuvent s’exclamer haut et fort « Mission accomplie ». Leur motivation ? S’engager dans un projet de plein air après avoir visité l’endroit en 2017.

Camp base Coin-du-banc
Le site du Coin-du-Banc, près de Percé en Gaspésie, offre un terrain de jeux unique aux amants de la nature ! Situé directement sur l'une des plus belles plages du Québec près de tous les principaux joyaux touristiques de la Gaspésie, il est possible d'y pratiquer nombre d'activités de plein air, autant à la mer qu'en montagne.

Kayak mer coin-du-banc
L'Auberge du Camp de Base est sans aucun doute l'un des derniers témoins authentiques du tourisme d'antan. On peut y séjourner dans un décor unique d'auberge-musée dont le contact de l'âme charme même les plus exigeants.
Au menu pour les vacanciers et aventuriers : un hébergement douillet et rustique, une table qui n’a rien à envier à quiconque, et des activités de plein air dans un environnement exceptionnel.


Coin-du-banc auberge
Les 11 chambres sont toujours meublées de commodes et de lits anciens amassés par les anciens propriétaires, Sidney Maloney et Lise De Guire, amoureux d’antiquités. « On a gardé 95 % des choses. On travaille à améliorer le confort, peaufiner la décoration, sans dénaturer ce que c’était », explique Pascale Deschamps, qui en plus de s’occuper de l’accueil et de la gestion, voit à la vie familiale avec trois enfants.
L’hébergement est aussi possible dans des chalets quatre saisons voisins et le camping accueille les vacanciers sur un vaste terrain de l’autre côté de la route, avec accès aux douches et au resto de l’auberge.
En plus d'offrir différentes activités guidées encadrées par des guides professionnels et respectant les standards d'Aventure Écotourisme Québec, autant sur mer qu’en montagne, le Camp de Base Coin-du-Banc propose différentes activités sociales et culturelles au gré des saisons. On peut aussi y suivre des formations en kayak de mer et planche à pagaie.


Tapp Jean-Francois Deschamps Pascale

Jean-François Tapp, Pascale Deschamps et leurs 3 enfants

Le couple a investi près de 2M$ depuis 4 ans, avec la contribution des parents de Pascale qui sont associés dans l’entreprise. Puits artésien, champ d’épuration, fondations du bâtiment, électricité et plomberie, tout a été mis à jour.


Une histoire qui résonne encore

La partie principale de l’auberge, côté mer, est âgée de 200 ans. C’était la demeure des Mabe, gens d’affaires actifs dans la transformation du homard et la construction navale. Au début des années 1970, Sidney Maloney, aubergiste fraîchement exproprié de l’île Bonaventure, rachète le bâtiment pour y loger les touristes. Il y annexe alors sa maison, côté route.
Ce coloré descendant d’Irlandais donnera la moitié de son âme à l’Auberge Le Coin du Banc, visible de loin avec son toit vert. Lise De Guire, sa compagne, lui offrira l’autre demie. Cette infirmière devenue hôtelière collectionne les œuvres d’art contemporain, dont celles de Kittie Bruneau et Françoise Bujold, et en couvrira les murs de l’auberge.
M. Maloney est décédé en 2000. Mme de Guire a exploité l’auberge pour une dernière saison en 2016, alors qu’elle en avait 91.

 
CAMP DE BASE GASPÉSIE

Camp de base et Auberge Coin-du-Banc
campdebasegaspesie.com
315 route 132 Est,
Percé (Qc) G0C 2L0
418.645.2907

Nadia-Karina Minassian et son conjoint ont pris les clés du Motel Fraser de Chandler en 2010. Douze ans plus tard, ils sont fiers de leur coup. Ils en ont fait un haut-lieu de l’hôtellerie et de la restauration dans le secteur grâce à d’importants investissements en rénovation et mise à niveau des installations d’accueil, d’hébergement et de restauration.

Motel Fraser
La directrice générale insiste pour rappeler que les travaux ont été réalisés en utilisant des produits, des matériaux et des artisans locaux.
L’hôtel compte 30 chambres et deux maisons touristiques voisines. Les chambres ont subi d’importantes rénovations au fil des ans. Le restaurant le Sieur de Pabos a lui aussi été amélioré, autant du côté des cuisines que de la salle à manger. Le menu propose une cuisine actuelle et régionale mettant en valeur des produits locaux et frais. L’hôtel a aussi aménagé trois salles pour la tenue de réunions. L’établissement est ouvert toute l’année.

Motel Fraser
Depuis 3 ans, pendant la pandémie de COVID entre autres, on a développé des activités sur le site avec animation, alors que les visiteurs, les familles en particulier, ne pouvaient profiter d’activités ailleurs dans la région, tout étant mis en pause. Cela se poursuit et demeurera au programme, notamment à la piscine de l’hôtel.

Motel Fraser
Celle qui agit comme directrice générale de l’entreprise est une figure bien connue de la région. Diplômée en développement régional, elle a agi comme consultante en restructuration d’entreprises, en plus d’être présidente de Tourisme et commerce de la MRC de Percé. Plus récemment, tout en dirigeant son établissement hôtelier, elle a occupé le poste de préfète de la MRC de Rocher-Percé en plus d’agir comme présidente de la Table des préfets de Gaspésie.
De plus, Nadia participe avec quatre autres dirigeants d’hôtels de la région à une démarche commune destiné au développement de stratégies de développement durable à implanter dans leur établissement et ainsi en faire une certification. Toutefois, plusieurs mesures ont déjà été mises en place au Motel Fraser dans ce sens.

Motel Fraser
motelfraser.com
325, rte 132
Chandler (Qc) G0C 2J9
418.689.2281

Quand elle a ouvert il y a dix ans sa boutique d’artisanat L’Artisane du Village juste en face du terminal du traversier Godbout-Matane au cœur de Godbout, Sylvie Savard a vite décidé pour se démarquer de se tourner vers l’artisanat autochtone dans cette région où la nation innue est omniprésente. Elle-même métisse, elle comprenait l’intérêt des touristes pour cet artisanat unique. C’est ainsi que l’idée lui est venue d’installer un tipi pour prendre le thé des bois sur le terrain. Mettant à profit sa formation en cuisine, elle a vite associé des pâtisseries au thé sous le tipi. C’est ainsi qu’est né Thépi Bec Sucré.
Devant la demande de clients pour un séjour en tipi, l’entrepreneure a décidé d’ajouter un volet hébergement en tipi et en gite. En réponse à la pandémie, une sandwicherie avec terrasse a pris la place de la boutique. Et au tipi, s’ajoutera bientôt une yourte quatre-saisons pour répondre à la demande d’hébergement insolite.

Thepi Bec Sucré
Cette évolution au fil des ans permet aujourd’hui à Sylvie et son conjoint d’accueillir les visiteurs en leur offrant un toit et une table tout en les mettant en contact avec la culture autochtone. Ses deux chambres très confortables en formule gite avec vue sur la mer mettent à l’honneur l’artisanat autochtone avec une salle de bain partagée. Le tipi et bientôt la yourte dans la cour permettent un séjour insolite inspiré de la tradition autochtone tout en donnant accès aux facilités du gite et de la sanswicherie.
La sandwicherie offre quant à elle une spécialité de poisson et de fruits de mer, mais aussi un menu diversifié comprenant salades, burgers, pizzas, nachos et poulet frit.

C'est sans parler de l'accueil chaleureux et sans prétention de vos hôtes. Vous vous sentirez comme chez vous.
Alors que vous soyez en virée sur la Côte-Nord ou en transit vers la Gaspésie, Thépi Bec Sucré est une adresse sympathique à ajouter à votre séjour.
Thépi Bec Sucré
166, rue Pascal-Comeau
Godbout, Québec
G0H 1G0
418.568.7879
418.293.7273

Vendre son permis de pêche de homard chèrement acquis et géré depuis plusieurs années, pour réaliser un autre rêve : acquérir un des plus prestigieux hôtels de Percé. Voilà ce que Marie-Josée Moreau, gaspésienne d’origine, a choisi de réaliser, avec le support et l’encouragement de son Madelinot de conjoint, Alain Renaud, lui aussi pêcheur de homard, mais qui l’est quand même demeuré depuis.Manoir de Percé
Judicieusement situé au cœur de l’action, directement en face du fabuleux rocher et de la promenade qui longe la mer, le Manoir de Percé vit depuis 2018 une « renaissance » grâce aux importants investissements réalisés par les nouveaux propriétaires pour remettre l’endroit aux normes d’aujourd’hui et au goût du jour. Peu de rénovations avaient été faites au cours des 25 années précédentes.
Manoir de Percé
L’hôtel de 40 chambres, dirigé par le fils de la propriétaire, Jean-Félix Renaud, offre une vue sur la mer ou une vue sur la montagne. La salle à manger propose chaque matin des petits déjeuners uniques aux saveurs régionales. On peut aussi prendre le déjeuner sur la terrasse avec vue imprenable sur le rocher. Au menu, œufs bénédictines, pain doré, saumon fumé et homard fraîchement pêché. « Les plus grands classiques avec une touche gaspésienne », précise Jean-Félix, qui se dirigeait d’abord en techniques infirmières avant que ses parents acquièrent le Manoir. Depuis qu’il occupe la direction générale, il s’investit corps et âme pour qu’un séjour au Manoir de Percé devienne une expérience inoubliable.

Manoir de Percé
Son objectif et celui de sa mère : faire du Manoir de Percé la référence en hébergement de qualité à Percé et dans les environs. L’idée d’en faire un lieu totalement inclusif ouvert à toutes les clientèles, particulièrement les LGBT+, fait son chemin et est déjà bien accueillie. De plus, on a choisi de mettre en valeur des éléments historiques sur les murs un peu partout dans les aires communes, de même que des œuvres d’artistes locaux.
Manoir de PercéLe vieux manoir anglais construit entre 1909 et 1914 s’appelait alors South Beach et accueillait surtout des riches touristes américains et européens.

Manoir Belle Plage
Reconnu pour son accueil distinctif, l’hôtel Manoir Belle Plage de Carleton-sur-Mer offre un séjour tout confort dans un lieu imprégné d’art, de culture et d’histoire. Dès qu’on y entre, on sent ce souci pour ces intérêts des propriétaires au fil des ans. On est vite charmé par la tranquillité des lieux ainsi que par la qualité des services et installations. 

Manoir Belle Plage
Avec une vue imprenable sur la baie des Chaleurs à l’avant, puis sur le mont Saint-Joseph et le jardin à l’arrière, l’établissement compte 39 chambres, auxquelles s’ajoutent les 6 appartements de la Maison Cullen et de son Pavillon. Il abrite également deux salles de réunion et une salle de gym. Dans le stationnement, une borne de recharge est à la disposition de la clientèle conductrice de véhicules électriques.
La salle à manger offre le petit déjeuner aux clients de l’hôtel alors qu’en soirée, le Bistro Cerf-Cuit-Court propose une cuisine gastronomique gaspésienne que le chef conçoit autour des arrivages de 30 producteurs de la Baie-des-Chaleurs.
Résolument humaine, la culture d’entreprise du Manoir Belle Plage mise sur le bien-être des personnes, explique David Comeau. Le développement durable, profondément ancré dans les valeurs, se traduit par des efforts pour l’environnement, mais aussi par la valorisation des artisans locaux. Chacune des chambres dévoile une pièce d’artisanat créée sur mesure ainsi qu’une œuvre choisie d’un ou une artiste de la Gaspésie. Les espaces communs dégagent sont également décorés dans le même style.
Pour ses 75 ans en 2024, David Comeau parle de consolidation des acquis pour l’avenir. Pas de gros développement en vue. On souhaite maintenir le volet humain et renouveler un peu les décors continuellement. Et le développement durable maintiendra sa position en haut des valeurs de l’entreprise.
Une riche histoire et une tradition bien implantée
À l’origine, l’établissement fut une magnifique villa anglaise de style cottage anglo-normand régence. Baptisée la Stella Maris, cette résidence d’été avait été érigée vers 1921. En 1949, la villa est transformée en hôtel – le Belle Plage – et des motels y sont ajoutés.
Plus tard, Rollande Arsenault, originaire de Caplan, et Raymond Comeau, de la Baie Sainte-Marie (Nouvelle-Écosse) se rencontrent. En skiant dans les Laurentides, le couple dresse un parallèle entre le développement touristique dans cette région et le potentiel de la Gaspésie. Il n’en fallait pas plus pour que le duo se lance dans l’aventure entrepreneuriale, avec beaucoup de flair, mais sans expérience.
En 1965, Rollande Arsenault et Raymond Comeau acquièrent l’établissement, qui grandit grâce à leurs idées et à leurs bons soins. En 1978, ils achètent un bâtiment existant de Carleton qu’ils déménagent sur le terrain de l’hôtel. En 1988, ils passent de 10 à 24 unités, construisent la réception et des salles de réunion sont aménagées. L’établissement est rebaptisé Manoir Belle Plage.
Esprit d’innovation, vaillance et souci constant de satisfaire la clientèle seront la clé du succès de l’établissement familial qu’ils feront croître. Après le décès de M. Comeau en 2010, à 73 ans. Sa conjointe continua de veiller sur le Manoir Belle Plage pendant près d’une douzaine d’années avant d’aller le rejoindre, en 2022.


Manoir Belle Plage
Depuis 2006, c’est leur fils David qui est propriétaire et directeur général de l’établissement. David a grandi et vécu dans l’hôtel. Il a été imprégné de cette culture depuis son tout jeune âge. « J’ai toujours été fier de ce que mes parents faisaient, de leur implication dans le milieu ; de l’entreprise, de ce qu’elle représentait dans le village. » Après un baccalauréat en administration, David Comeau complète une maîtrise en développement régional. Son sujet : l’industrie touristique de Carleton-sur-Mer.
Le Manoir Belle Plage a toujours été, pour les Comeau, la résidence familiale. « J’ai été élevé dans l’hôtel. On mangeait au resto trois fois par jour, 365 jours. » En 2015, après avoir habité dans l’hôtel pendant 40 ans, David Comeau achète une maison unifamiliale derrière l’hôtel. Il y vit aujourd’hui avec sa conjointe, Maryse Tremblay, et leurs deux filles, Marianne et Geneviève, qui s’impliquent peu à peu à leur tour dans l’entreprise.

Quand on arrive au bout du chemin qui mène à l’extrémité de la presqu’ile et qu’on aperçoit cet immense domaine en bord de mer où se trouvent un hôtel de 24 chambres incluant un centre de soins esthétiques (spa), un centre de congrès et 33 chalets disponibles pour locfation dispersés autour, on se rend compte de l’ampleur de l’endroit qui nous accueille.
Le site en impose par son envergure, ses rues identifiées comme dans un village, sa quiétude et l’impression de bien-être qui en émane grâce à un aménagement unique en son genre. Un séjour saura en convaincre les plus difficiles. L’hôtel offre toutes les commodités auxquelles on peut s’attendre d’un tel endroit. On y propose le petit déjeuner inclus dans une salle avec vue totale sur la mer, mais pas de repas le reste de la journée. Plusieurs lieux de restauration se trouvent à faible distance dans la ville de Tracadie.
Villégiature Deux Rivières offre en fait un service d’hôtellerie digne des grandes chaînes, mais sans les contraintes qui viennent avec. Martin Albert, un fils de la région, détenteur d’un MBA en administration des affaires de l’Université de Moncton, en assume la direction générale depuis 2013. Martin a auparavant été directeur général de la municipalité de Paquetteville.

« Ce qui distingue la corporation Villégiatures Deux Rivières des hôtels de chaînes, c’est que tout est décidé et géré localement », explique son directeur général.

Martin Albert est fier de participer à cette belle aventure depuis bientôt 10 ans. Pour lui, la mission et la vision de Villégiature Deux Rivières font partie de son quotidien. Même si l’endroit est devenu un incontournable depuis quelques années déjà en matière d’hébergement et de séjours de qualité, il souhaite en faire « la destination de préférence au Canada Atlantique, où les invités sauront capturer des souvenirs inoubliables à saveur acadienne ».
L’arrivée de la véloroute dans le secteur a amené une nouvelle clientèle pour qui l’environnement et la tranquillité des lieux, avec l’omniprésence de la mer et les levers de soleil à couper le souffle sont des éléments de choix. L’hiver, les sentiers de motoneige amènent eux aussi bon nombre de visiteurs.

Une histoire qui a débuté il y a presque 25 ans.
C’est en 1999 que l’aventure du Centre de villégiature Deux Rivières a débuté à Tracadie-Sheila. La municipalité avait confié à la Corporation de développement des deux rivières de Tracadie (CDDRT) le soin de développer ce site exceptionnel.
Dès lors, grâce à une entente de partenariat public-privé entre un groupe d’investisseurs locaux et la CDDRT, on a débuté la construction de 33 chalets. L’année suivante, on a construit le centre de congrès. En 2001, ce sont 17 nouveaux chalets qui se sont ajoutés. Puis en 2009, c’est l’hôtel de 20 chambres qui s’est ajouté. Juste à temps pour la tenue du Congrès mondial acadien.

En 2012, l’entreprise a procédé à un changement de nom pour devenir Villégiature Deux Rivières, ce qui représentait mieux les services offerts par l’entreprise. En 2013, la Corporation de développement Deux Rivières de la municipalité s’est retirée du centre de villégiature qui est maintenant géré entièrement par cette corporation d’investisseurs propriétaires.

L’entreprise voulait grandir et avoir assez d’hébergement pour tenir des congrès de moyenne envergure sur le site. Les investisseurs des chalets sont alors devenus les actionnaires de l’hôtel avec l’enregistrement d’une corporation Hôtel Deux Rivières afin de veiller à sa gestion.

Villégiature Deux Rivières
www.deuxrivieres.ca
100, rue Deux Rivières
Tracadie-Sheila, N.B.
506.394.4050

Il est un peu passé midi. Matthew Tremblay, le propriétaire de l’Authentique Auberge de Charlevoix, au cœur du pittoresque village des Éboulements, est fébrile. Lui et son équipe se préparent à accueillir un autocar bondé d’une cinquantaine de jeunes touristes qui viennent découvrir la région et ses particularités.
Les tables sont montées, la cuisine laisse déjà échapper quelques effluves de ce qu’on y prépare pour cette joyeuse bande d’affamés qu’on va accueillir sous peu. Le décor est simple, mais chaleureux. Des fenêtres sur chaque mur de la grande salle à manger, puis une porte coulissante qui donne sur une galerie extérieure.

Authentique auberge vue
Et là, oh merveille : le décor est à couper le souffle. Aucun voisin arrière, sauf une marmotte qui se montre le bout du nez au milieu de ce paysage où trônent le grand fleuve et l’Isle-aux-Coudres tout en bas, qu’on admire dans son entièreté.
Outre sa table offrant des mets aux saveurs régionales et internationales et un bar proposant bières régionales, vins et alcools divers, on peut aussi y dormir dans l’une des cinq chambres confortables et accueillantes, toutes avec foyer, baignoire et toilette privée.
Aperçu sur le menu, un burger à l’alpaga des Éboulements, qui doit certainement attirer les amateurs de goûts hors de l’ordinaire. Celui au pavé de saumon frais doit aussi avoir ses fans ! Poisson et entrecôte côtoient les autres plats de la table d’hôte du midi et du soir. Le dimanche, le brunch attire son lot de clients désirant profiter de l’ambiance, tout comme du panorama unique.
Bref, l’endroit porte bien son nom et son propriétaire s’investit à en assurer la « postérité ».

L’Authentique Auberge de Charlevoix
aubergeauthentiquedecharlevoix.com

2210, route du Fleuve
Les Éboulements, QC G0A 2M0
418.635.1401