Actualités

En ce 25 juin 2022, notre grand romancier et dramaturge national, Michel Tremblay, a 80 ans bien sonnés. Je me joins aux très nombreux admirateurs et lecteurs pour lui souhaiter un très joyeux anniversaire et une longue vie et bien des romans et des œuvres pour notre plus grand plaisir.
Tout le peuple québécois est redevable à Michel Tremblay d’avoir osé il y a plus de 50 ans donner droit de cité à notre langue québécoise dans la littérature, sur la scène, au cinéma comme à la télévision. D’avoir mis en scène et donné la parole à celles et ceux qui étaient jusque là exclus des grandes scènes théâtrales comme des plateaux : les femmes à la maison, les travailleuses et la classe ouvrière, les marginalisées, travestis, gais, lesbiennes, à leurs amours, à leurs rêves, à leurs tourments.


Jean-François Quesnel Hosanna
La communauté LGBT au Québec en particulier doit beaucoup à son plus illustre auteur. Je suis convaincu que si Michel Tremblay n’avait pas été là dans notre histoire à un tournant où s’affirmait le Québec moderne, notre sortie du placard aurait été beaucoup plus ardue. Comme je dis toujours quand je veux expliquer aux plus jeunes ce qu’était le Québec quand mon prédécesseur Alain Bouchard a publié pour la première fois le Guide gai du Québec en 1979, à l’époque, on ne connaissait que deux gais au Québec : Michel Tremblay et Michel Girouard.
Dès ses premières œuvres à la fin des années 1960, Michel Tremblay a mis en scène des personnages LGBT, non pas comme des caricatures ou des êtres risibles, mais des personnages profondément humains non pas confinés au ghetto, mais capables d’exprimer des sentiments universels. Lui-même n’a pas caché son orientation sexuelle alors que l’homosexualité venait à peine d’être décriminalisée et qu’il n’existait encore aucune protection juridique pour notre communauté qui continuait d’être ouvertement victime de discrimination.
En se retrouvant au confluent de plusieurs mouvements sociaux d’émancipation qui étaient en train de redessiner le Québec moderne, du peuple québécois méprisé, des femmes, de la classe ouvrière, des LGBT, il a largement contribué à nous faire apparaitre dans la culture et dans la société. Je me souviens ado être allé voir au cinéma Berri le film ‘’Il était une fois dans l’Est’’ inspiré de ses premières pièces, d’autant plus que le film se terminait avec la mort de la serveuse Lise Paquette, incarnée par ma cousine Frédérique Collin, d’un avortement clandestin. Au lendemain de la nouvelle décision de la Cour suprême des États-Unis qui renverse l’arrêt Roe VS Wade et ouvre la porte à la recriminalisation de l’avortement dans ce pays, cette thématique démontre une fois de plus comment le dramaturge était en avance sur son époque il y a un demi-siècle. Et dans ce film diffusé sur grand écran aux quatre coins du Québec, il y avait littéralement des personnages gais, lesbiennes, bisexuels et travestis, LGBT. Quatre ans après la décriminalisation de l’homosexualité, deux ans après que Radio-Canada ait retiré des ondes le téléroman Le Paradis terrestre parce que deux hommes se prenaient la main devant des portes d’ascenseur qui se fermaient. Le contraste témoigne de l’audace de Tremblay et de son rôle de précurseur.
Sans aucun doute, tout le succès qu’il a connu avec beaucoup d’audace en étant au diapason du nouveau Québec qui émergeait, a ouvert la porte à d’autres auteurs, à d’autres artistes qui ont eux aussi fait apparaitre nos réalités dans leurs œuvres. Des personnages gais sont apparus à la télévision, Luc Plamondon a créé le personnage de Ziggy dans Starmania, Clémence Desrochers nous a parlé des vieilles amantes dans ‘Deux vieilles’ et tranquillement nous sommes sortis du placard et apparus au grand jour autant au cinéma qu’à la télévision. Janette Bertrand a pris le relais et réalisé un travail d’éducation populaire incroyable et la société québécoise a changé et est devenue une des nations avant-gardistes dans le monde en matière des droits LGBT. Nos réalités, notre existence sont ainsi sorties de la marge.
C’est pour leur rendre hommage, et au premier titre pour rendre hommage à ce rôle de précurseur de Michel Tremblay et aussi de tous ces artistes qui, dans son sillage, de Marie-Claire Blais, de Luc Plamondon, de Clémence Desrochers à Xavier Dolan, à Pierre Lapointe, à Ariane Moffatt et tant d’autres, ont parlé de nos réalités, que j’ai choisi d’inclure quand je suis devenu éditeur du Guide gai du Québec, devenu les Guides GQ, des profils d’artistes gais et lesbiennes, ou s’étant illustrés dans la lutte contre l’homophobie et la transphobie dans nos guides, en les associant aux quartiers, aux régions d’où ils sont originaires, eux et elles qui nous ont fait apparaitre aux quatre coins du Québec. Une façon de faire réaliser aux touristes LGBT qu’ici au Québec, contrairement à la grande majorité des nations dans le monde, un auteur ouvertement gai, une artiste ouvertement lesbienne, bi ou trans fait fièrement partie de notre culture et non d’une sous-culture cachée, méprisée et marginalisée.
Au moment où je travaille sur une nouvelle édition post-pandémie du Guide GQ pour le Montréal métropolitain, je ne manquerai pas de souligner de nouveau ce grand apport et l’œuvre colossale de Michel Tremblay qui a fait découvrir au monde entier l’univers des quartiers populaires montréalais et de sa communauté LGBT. J’espère avoir la chance de le rencontrer de nouveau bientôt pour lui souhaiter ces vœux de vive voix… mais aussi d’avoir la chance de lui poser une question qui me chicotte depuis que j’ai découvert que mes arrière-grand-parents Gagnon étaient ses voisins de ruelle sur la rue Fabre où il a grandi : se pourrait-il que mon arrière-grand-mère Gagnon que je n’ai pas connue, lui ait inspiré un personnage des Belles-Sœurs?


Entretemps, je lui souhaite un anniversaire très gai et joyeux! Et je lui souhaite encore longue vie en le remerciant de toutes les œuvres dont il nous a fait cadeau et de nous avoir si gaiement sorti du placard.


Bon anniversaire Michel Tremblay et longue vie!

André Gagnon, éditeur

Les étés 2020 et 2021 ont causé des maux de tête aux gestionnaires du tourisme et à de nombreux établissements d’hébergement et de restauration de l’île. Entre le 24 juin et le début de septembre de ces deux années, après que la Santé publique ait annoncé un certain relâchement dans les consignes sanitaires en pleine pandémie de COVID-19, les gens se sont rués vers des sites touristiques de proximité offrant un certain dépaysement.
L’Île-aux-Coudres fut parmi ces destinations les plus prisées par les familles et les vacanciers. Les infrastructures étant quand même limitées compte tenu de la faible taille de l’île, dont le contour fait 23 km, il a fallu faire face à ce flux inattendu.
« On ne s’y attendait pas et ce fut toute une surprise », explique Caroline Dufour, coordonnatrice de l’organisme touristique municipal. Ce qui explique cet intérêt pour la destination insulaire de Charlevoix, accessible uniquement par le traversier ? D’abord la proximité de grandes agglomérations comme la Capitale nationale et même plus loin vers l’ouest. Également, le plein air, le rythme tranquille de la vie, la simplicité des lieux, l’environnement marin omniprésent, l’immensité de l’espace malgré les dimensions restreintes.
On a beaucoup appris de cette expérience répétée deux étés de suite. On se sent donc préparés pour mieux accueillir les visiteurs en 2022 et les prochaines années. Parce que même si les frontières sont désormais ouvertes et que les voyages sont permis et possibles, plusieurs facteurs vont encore décourager les familles et plusieurs vacanciers de partir à l’étranger ou de s’éloigner trop loin de la maison. À commencer par le coût de l’essence et l’augmentation importante des coûts dans tous les secteurs, y compris l’hébergement et l’alimentation.
Le plan de développement de Tourisme Isle-aux-Coudres mise sur des investissements privés dans le secteur culturel, comme celui de l’Auberge La Fascine avec son théâtre extérieur, notamment. On entend poursuivre le développement des secteurs du Havre musical de la Pointe de l’Islet et celui du Quai de l’Anse Saint-Louis.
Enfin, à surveiller, la municipalité a acquis les terrains du secteur de la Pointe-du-Bout-d’en-Bas à l’extrémité est de l’île. On entend y aménager un centre écotouristique mettant en valeur les richesses et particularités de la faune et de la flore du secteur, actuellement inexploité.
Bref, le tourisme dans l’île se porte bien et les acteurs du milieu travaillent fort pour que ça se poursuive.

Il est un peu passé midi. Matthew Tremblay, le propriétaire de l’Authentique Auberge de Charlevoix, au cœur du pittoresque village des Éboulements, est fébrile. Lui et son équipe se préparent à accueillir un autocar bondé d’une cinquantaine de jeunes touristes qui viennent découvrir la région et ses particularités.
Les tables sont montées, la cuisine laisse déjà échapper quelques effluves de ce qu’on y prépare pour cette joyeuse bande d’affamés qu’on va accueillir sous peu. Le décor est simple, mais chaleureux. Des fenêtres sur chaque mur de la grande salle à manger, puis une porte coulissante qui donne sur une galerie extérieure.

Authentique auberge vue
Et là, oh merveille : le décor est à couper le souffle. Aucun voisin arrière, sauf une marmotte qui se montre le bout du nez au milieu de ce paysage où trônent le grand fleuve et l’Isle-aux-Coudres tout en bas, qu’on admire dans son entièreté.
Outre sa table offrant des mets aux saveurs régionales et internationales et un bar proposant bières régionales, vins et alcools divers, on peut aussi y dormir dans l’une des cinq chambres confortables et accueillantes, toutes avec foyer, baignoire et toilette privée.
Aperçu sur le menu, un burger à l’alpaga des Éboulements, qui doit certainement attirer les amateurs de goûts hors de l’ordinaire. Celui au pavé de saumon frais doit aussi avoir ses fans ! Poisson et entrecôte côtoient les autres plats de la table d’hôte du midi et du soir. Le dimanche, le brunch attire son lot de clients désirant profiter de l’ambiance, tout comme du panorama unique.
Bref, l’endroit porte bien son nom et son propriétaire s’investit à en assurer la « postérité ».

L’Authentique Auberge de Charlevoix
aubergeauthentiquedecharlevoix.com

2210, route du Fleuve
Les Éboulements, QC G0A 2M0
418.635.1401

Toute parée de blanc et de bleu sur son promontoire, l’Auberge Fleurs de Lune inspire luxe et charme. Au Cap-à-l’Aigle, à La Malbaie, dans un décor champêtre qui offre une vue spectaculaire sur le Saint-Laurent, ses proprios d’origine française vous mettent à l’aise dès l’arrivée. L’endroit respire le confort douillet et le bon goût. Le matin, bonne odeur du petit déjeuner que cuisine le chef propriétaire lui-même se répand dans les espaces communs au décor invitant à la détente.

Fleurs de lune

L’hébergement offre deux volets : chambres et suites exceptionnelles dans l’auberge, ou chalet voisin tout équipé pour gens autonomes, incluant deux chambres, une cuisine avec toutes les commodités, avec accès internet sans fil et télé par câble.
Plusieurs chambres jouissent d'une vue sur l'estuaire et d'un accès au grand balcon qui s'étend sur tout le devant de l'auberge, au deuxième étage. Chacune des chambres porte le nom d'une fleur et est décorée selon le thème. Une suite est disponible pour ceux qui recherchent un peu plus, comme une baignoire tourbillon, une section salon et bien sûr le foyer.
Des forfaits sont offerts incluant un souper table d’hôte dans un restaurant voisin de l’auberge. En toutes saisons on y accueille les visiteurs qui veulent profiter d’un séjour hors du commun.

Auberge Fleurs de Lune
fleursdelune.com

301, rue Saint-Raphaël,
La Malbaie QC G5A 2N6
418.665.1090

À La Malbaie, l’Auberge des 3 Canards est probablement un des lieux les plus réputés après le célèbre Manoir Richelieu du côté de Pointe-au-pic Il y a plus de 60 ans que l’endroit, propriété de la famille Marchand depuis 1981, accueille des visiteurs. C’est désormais sa fille Hélène qui en dirige les destinées.
Ces deux dernières années, l’auberge a subi une cure de rajeunissement. On y avait bien fait quelques aménagements « nécessaires » pour la tenue du G7 dans Charlevoix en 2018. Toutefois, la pandémie de COVID-19 a paru un temps propice pour apporter des améliorations importantes au grand salon, à la salle à manger et à l’accueil, en plus de 10 chambres. Des fenêtres changées, des tapis enlevés et des revêtements de sols remplacés, des boiseries refaites avec le même cachet d’autrefois.
L’établissement a profité d’une aide financière d’un programme s’adressant aux entreprises touristiques touchées par la COVID. Des investissements importants y ont été consacrés. Au-delà des changements « esthétiques », l’auberge a cru le moment opportun pour « changer la façon de faire les choses », explique sa directrice générale. Par exemple, les menus pourront maintenant être consultés en scannant le code QR pour l’afficher sur son téléphone intelligent. Le système informatique est également en voie de transformation pour sa mise à niveau et pour faciliter les opérations de réservation et de gestion.

Auberge des 3 Canards
En ce qui concerne la table des 3 Canards, elle continuera à charmer les convives avec en prime, la vue panoramique sur le grand fleuve.


Les 3 Canards, ça vient d’où ?

La question est souvent posée. Une partie de la réponse se trouve dans l’immense statue qui coiffe le parterre à l’entrée du site : le buste de trois hommes. Son nom proviendrait de l’une de ces déformations langagières franco-anglaises qui caractérisent bien des expressions du terroir. Ainsi, les trois fondateurs, des médecins, étaient familièrement appelés « Les trois docs ». De là à confondre docs (médecins) en français et ducks (canards) en anglais, il n’y avait qu’un pas palmé à franchir.

Auberge des 3 Canards

La région de Charlevoix ayant abrité une colonie d’États-Uniens pour une grande partie de son histoire, la proximité des cultures s’est chargée du reste. On dit que La Malbaie fut le premier lieu de villégiature au Canada.

Auberge des 3 Canards
auberge3canards.com

115, Côte Bellevue
La Malbaie, Qc G5A 3A9
418.665.3761

Le seul fait de gravir le chemin qui mène à l’Auberge des Falaises, au cœur d’un boisé, crée une ambiance particulière qui n’a de cesse pendant tout le temps qu’on y séjourne.

Que ce soit pour loger dans une des 42 chambres avec vue, dont 33 proposent un bain tourbillon, un salon, un foyer et un balcon, pour y tenir une réunion d’affaires ou un banquet, ou simplement pour profiter de la salle à manger panoramique Le Perché Gourmand, dont la table est une véritable expérience gastronomique, les hôtes de la famille Cloutier s’investissent depuis près de 40 ans pour assurer à chaque visiteur un séjour inoubliable.

Auberge des falaises

Le pavillon principal propose aussi trois appartements en formule condos ayant tous deux chambres séparées pouvant accommoder deux couples ou des petites familles. Ils offrent tout le confort d'unités classées 4 Étoiles et sont complètement équipés avec cuisinette, vaisselle, literie, laveuse, sécheuse et tout le nécessaire afin de pouvoir vous préparer les repas sur place.
L’établissement offre enfin les services d’un spa nordique, avec piscine, incluant massothérapie et autres soins de santé. Ils sont aussi accessibles pour les gens qui ne séjournent pas à l’auberge.

Auberge des falaises

Les fins gourmets se délecteront d’une des tables d’hôte en soirée qui ne laissera personne sur son appétit. De la mise en bouche au dessert, en passant par de fines entrées et de surprenants plats principaux, rien n’est laissé au hasard dans les cuisines du chef Alain Morel. Et cette vue sur l’estuaire du Saint-Laurent dont on ne se fatigue jamais !

Le couple fondateur, accompagné de leur fils David qui assure la direction générale, vient de procéder à un investissement de plus d’un million de dollars en divers travaux de modernisation, amorcés en 2019. Presque tous les coins de l’auberge en ont profité. Un tour du propriétaire en compagnie de David a permis de s’en rendre compte.

Construite en 1895, l’ancienne résidence secondaire aux allures de bord de mer fut d’abord occupée par une riche famille américaine. C’est en 1983 que Denys Cloutier et son épouse Reine L’Heureux font l’acquisition de la résidence cossue située sur le boulevard des Falaises, à Pointe-au-Pic. On transforma cette résidence au décor méditerranéen en charmante auberge champêtre. À l’époque, elle ne comportait que 12 chambres coquettes.

Auberge des Falaises
aubergedesfalaises.com

250, chemin des Falaises,
La Malbaie QC G5A 2V2
418.665.3731

Lorsqu’ils ont décidé d’acquérir l’établissement construit en 1996 dont ils sont propriétaires depuis le début de 2021, ils savaient que leur projet allait nécessiter beaucoup de travail pour l’aménager à leur image et à leur goût. Et ils ont relevé le défi avec brio : remettre les lieux au goût du jour sur le marché de l’hébergement touristique. Uniquement pour la mise à niveau, l’investissement frôle les 50 000$.

Motel Horizon

Dès l’accueil, on ressent cette ambiance qui caractérise les établissements tenus avec amour et fierté. Les propriétaires, Cheal et James, n’étaient jamais venus dans le secteur avant 2020. « On a vu un motel à vendre, on a conduit jusqu’ici, on a dormi une nuit et on a acheté. On est tombé en amour avec Baie-des-Rochers, Port-au-Persil et la vue du motel », explique James.
Un tour du propriétaire permet de constater le concept qui a pris forme et qui va se développer davantage au fil des saisons. Côté jardin, un spa couvert d’un gazebo accueillera dès l’été 2022 les visiteurs. Des boîtes à fleurs et un espace potager occupent un autre coin du vaste terrain. Côté cour, des chaises Adirondaks sont postées sur la verdure en bordure du cap pour l’observation du paysage.

Motel Horizon

À l’intérieur, neuf chambres au rez-de-chaussée et au premier étage, sans tapis, décorées avec goût et comprenant toutes la climatisation, une machine à café, un micro-ondes et un frigo, une télé avec câble, en plus d’un balcon. L’internet 5G est offert dans toutes les chambres. Derrière le comptoir de réception, une petite cafétéria qui offre tout ce qu’il faut pour le petit déjeuner et pour ceux qui veulent s’y installer pour manger un repas ou y déguster un café.

Motel Horizon
Le dernier étage agit comme résidence pour les propriétaires, qui sont donc toujours disponibles pour leur clientèle, au besoin.
Fait à signaler, on trouve à proximité le parc marin Charlevoix-Saguenay de Port-au-Persil, et Saint-Siméon est un carrefour pour partir explorer le Bas-Saint-Laurent avec le traversier vers Rivière-du-Loup, le Saguenay via la route 170 et Baie-Sainte-Catherine est à moins de 25 minutes de route. On peut y faire des excursions aux baleines et y prendre le traversier vers Tadoussac et la Côte-Nord.

Motel Horizon
motelhorizon777.com

777, rue Saint-Laurent
Saint-Siméon, QC G0T 1X0
418.638.2448

Le bâtiment qui a abrité pendant plus de 50 ans l’Hôtel Saint-Siméon a une nouvelle vocation : café-bistro et hébergement. L’immeuble avec vue panoramique sur le fleuve accueille depuis le début de mai le Mont Café Bistro.
Richard Lemieux, un Charlevoisien ancien propriétaire du casse-croûte Saint-Fidèle, et sa conjointe, ont développé un concept qu’ils présentent comme « Entre fleuve et montagnes ». Stratégiquement situé juste en haut de la côte menant au terminal du traversier Saint-Siméon / Rivière-du-Loup, le grand bâtiment blanc fait partie du paysage local depuis fort longtemps. Il offre un vaste espace de stationnement derrière.

Mont Café
On y propose un menu évolutif frais et convivial, qui plaira en famille ou entre amis. Sandwiches, salades, nachos, ailes, et plus encore. Les meilleurs cafés spécialisés, des bières artisanales locales et d’ailleurs, avec comme décor le Saint-Laurent. Et pour ajouter à tout ça, la crème glacée sous diverses formes.

Mont Café

Sa grande terrasse promet un moment parfait dans un décor actuel, moderne, avec une touche de nature.

Par ailleurs, les propriétaires font aussi la location de condos (au 2e étage) et d’un chalet selon la formule ArBnB.

Mont Café-Bistro
montcafebistro.com

320, rue Saint-Laurent,
Saint-Siméon, Qc, G0T 1X0
418.564.6005


Élever des canards dans Charlevoix? Isabelle Mihura et de son mari, Jean-Jacques Etcheberrigaray, étaient bien loin de se douter qu’ils s’adonneraient à cette activité et seraient propriétaires d’une ferme d’élevage quelques années après leur arrivée au Québec.
Ils sont tous deux originaires du Pays basque français, mais c’est à Québec qu’ils se sont connus. Après que Jean-Jacques fut muté au Manoir Richelieu, ils ont décidé de s’installer dans Charlevoix. C’est finalement en 2002 qu’ils ont acheté la ferme située à Saint-Urbain, qui deviendra l’année suivante un élevage de canards. Pour se former, le couple professionnel du milieu de l’hôtellerie s’est rendu dans le Béarn, région française proche du Pays basque, chez des amis qui possèdent un élevage de canards pour la production de foie gras. Ils leur ont appris tout ce qu’il fallait savoir, puis sont revenus appliquer ce savoir dans leur production.
Ils ont tenu à garder leur production à l’échelle humaine. « Notre philosophie d’entreprise repose sur des valeurs fondamentales : une agriculture durable, respectueuse du bien-être animal et de l’environnement et des produits de qualité. Nous avons fait le choix de privilégier la qualité au rendement, dit Isabelle. C’est pourquoi nous n’élevons pas plus de 5000 canards par an ». Près de 1000 sont destinés à la viande. Le reste sert à la production de foie gras. Cette variété est le Mulard, une espèce reconnue dans cette industrie.


Ferme Basque

Durant la belle saison, du mois de mai au mois de novembre, les canards sont élevés à l’extérieur, sur parcours herbeux, et bénéficient de grands espaces pour se développer au rythme normal de la nature. Il faut les voir déambuler, boire aux abreuvoirs et jacasser joyeusement. Durant la période de gavage, les canards sont placés en petits groupes dans des parcs collectifs plutôt que dans des cages individuelles. Ils peuvent ainsi marcher, se lisser les plumes, s’ébattre et se taquiner à leur guise.
À la Ferme Basque, les méthodes de production sont basées sur le maintien des traditions ancestrales. Forts d’une nourriture saine tout au long de leur croissance, les canards sont ensuite gavés au maïs en grains entiers, gage de qualité, conférant ainsi au foie gras, souplesse et couleur dorée.
La ferme reçoit son lot de visiteurs intéressés par ce type d’élevage et curieux de constater les résultats et aussi, se procurer des produits à la boutique.

La Ferme Basque de Charlevoix
lafermebasque.ca

813, rue Saint Édouard
Saint-Urbain, Qc G0A 4K0
418.639.2246

Au nord de l’estuaire du Saint-Laurent, le Nitassinan est la terre ancestrale des Innus. En explorant les vastes régions du Saguenay, du Lac Saint-Jean et de la Côte-Nord, c’est l’occasion pour les visiteurs de renouer avec les traditions et la culture de ce peuple qui le premier a su s’adapter à ce territoire boréal. Ce peuple que les explorateurs français avaient appelé les Montagnais, est encore très présent sur le territoire et c’est probablement ici une des régions du Québec où il est le plus facile pour les touristes d’y venir à la rencontre des Premières Nations que ce soit à Mashteuiatsh au Lac Saint-Jean, à Essipit, à Pessimit, à Ekuantshit, à Mani-Uténam ou à Nutashkuan sur la vaste Côte-Nord.

Grande Alliance 1603
Les Innus furent l’un des premiers alliés des Français avec lesquels ils signèrent tout comme les Algonquins et les Etchémins une Grande Alliance à la Pointe Saint-Mathieu, près de Tadoussac, en 1603. François Gravé du Pont et Samuel de Champlain conclurent au nom du roi Henri IV avec le chef innu Anadabijou ce traité leur permettant de peupler les territoires en échange d’une protection militaire. Cette alliance, le premier traité franco-amérindien du Nouveau Monde, a permis la création de la Nouvelle-France. « Nos fils vont épouser vos filles et ensemble nous formeront une seule et même nation » avait prédit Champlain parlant ainsi de la naissance de la nation métisse dans le Nouveau Monde qui deviendra la Nouvelle-France et le Québec. Près de 5 000 Innus vivent encore au Pekuakami (le Lac Saint-Jean en langue innu) dont près de la moitié dans la communauté de Mashteuiatsh près de Roberval. Sa pointe s’avançant directement dans le lac permet une vue exceptionnelle et un contact direct avec les eaux bleues. Facile de se mettre les pieds dans l’eau à partir du Site Uashassihtsh, ou à l’arrière du Carrefour d’accueil. Ses longues plages situées au sud de la communauté vous font rêver lorsque le soleil se couche, de quoi faire rougir les couchers de soleil des tropiques!

Plage Robertson 

Encore aujourd’hui, le territoire du Nitassinan demeure important et les jeunes générations s’approprient les territoires familiaux afin de garder ce contact. Vous pourrez y vivre l’expérience de dormir sur une couche de sapin dans un tipi ou une tente de toile et humez l’odeur qui s’en dégage. Nul doute que vous serez éblouis par les couleurs des apparats et des régalias, costumes traditionnels des pow-wow lors du Grand rassemblement des Premières Nations à Mashteuiatsh.. Chaque année, à la deuxième semaine du mois de juillet, c’est la fête. Danses, spectacles, défis de sports traditionnels, dégustations de mets à saveur autochtone, et ce, dans un site enchanteur, sur le Site Uashassihtsh. Un premier arrêt au Carrefour d’accueil vous permettra de découvrir toute la diversité des activités et des attraits à voir et à vivre.
Mashteuiatsh scène
La communauté d’Essipit aux Escoumins vous accueille pour sa part dans ses chalets et condos sur le bord du Saint-Laurent d’où vous pourrez observer les baleines directement de la rive, des lieux inspirants où Ariane Moffatt vient parfois gratter sa guitare.
Vacances Essipit offre aussi des croisières sur le fleuve pour les voir de plus près et différents forfaits découvertes. L'entreprise vous propose un vaste éventail d’activités de plein-air plein air à volonté au sein de sa communauté: kayak de mer, chasse, pêche, observation de l’ours et plus encore. Vous pourrez y profiter d’un environnement qui regorge de lacs naturels et de paysages à couper le souffle.

Condos Natakam

La vue spectaculaire sur l’estuaire en fait un lieu privilégié pour l’observation des baleines et de la faune marine. Vous pourrez vous y reposer dans ses condos-hôtels modernes, ses chalets bien équipés, ses pourvoiries en forêt ou ses terrains de camping. Vous serez séduits par les secrets bien gardés d’une culture transmise de génération en génération, depuis des millénaires.

En route vers la Minganie ou la Basse-Côte-Nord, Sept-Iles est un arrêt incontournable. Jusque dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Sept-Îles n’était qu’un poste de traite fréquenté par les Innus, les coureurs des bois et marchands qui y échangeaient pelleteries et biens manufacturés. Le site historique du Vieux-Poste vous fait revivre la vie au quotidien de la traite des fourrures au 19e siècle. Héritage de cette époque, la ville est entourée des communautés innues d'Uashat et de Malioténam. À Sept-Iles, le Musée régional de la Côte-Nord fait une large place à l’histoire et à la culture autochtones.
A Uashat, il ne faut pas manquer de visiter le Musée Shaputuan. Ouvert en 1998, le musée a pour mission de faire partager la culture innue et de faciliter le dialogue entre les Autochtones et les non-Autochtones par des échanges interculturels. Le musée abrite une exposition permanente, En pays innu, la marche des saisons, axée sur la vie traditionnelle des Innus au fil des saisons, ainsi qu’une centaine d’objets témoignant du passé. Le solstice d’été Innu Tshitshuk, qui a lieu le 21 juin, est une des activités les plus populaires.

Innu Nikamu
L’Atelier-boutique Atikuss vous offre de découvrir les coutumes de ces peuples millénaires à travers les mains d’artistes et artisans issus des 11 Premières Nations du Québec. Vous y découvrirez une galerie d’art, un atelier de confection et la renommée boutique Atikuss, un véritable et authentique lieu de création, où vous pourrez admirer en direct le travail des artisanes et ainsi goûter à cette belle et riche culture ancestrale. La boutique d’artisanat, qui regorge de produits naturels, authentiques et écoresponsable issus des traditions des Premières Nations et du terroir. En 2018, les créations Atikuss ont fièrement chaussé les duchesses du Carnaval de Québec avec leurs fameuses Bottes de l’espoir !

Du côté de Malioténam, en août, le Festival Innu Nikamu est l’un des plus importants festivals de musique et des arts autochtones en Amérique du Nord. Depuis 30 ans, c’est aussi le lieu de rassemblement des artisans et des touristes qui visitent la région. Il perpétue la tradition des grands rassemblements estivaux innus.

Festival de l'Innucadie
En poursuivant la route, la Minganie est un pays de pêcheries, de gibier et de cueillette de petits fruits parcouru depuis des millénaires par les Innus. À la Maison de la culture innue, à Ekuanitshit, arrêtez-vous pour goûter à la bannique, ce pain traditionnel. À Natashquan et dans la communauté innue voisine de Nutashkuan, le Festival du conte et de la légende de l’Innucadie est un haut lieu de la parole vivante dans un décor de taïga, de rivières, de plages et d’eau propice à la baignade. Le festival fait un pont entre Natashquan et Nutashkuan. On y célèbre en 2022 l’œuvre de Gilles Vigneault, la culture acadienne et l’œuvre de Joséphine Bacon, et la création artistique des Innus, pour qui l’oralité est primordiale dans la transmission des savoirs.
La communauté innue voisine de Nutashkuan est le plus important village à l’est de Havre Saint-Pierre. Au Camping Nutshimit, vous pourrez vous immerger dans la culture innue.

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives