La magie rose de Diane Dufresne

Magie_Rose_Diane_Dufresne

Née dans Hochelaga-Maisonneuve, Diane Dufresne a certes réalisé tous les rêves de sa mère décédée trop jeune quand elle n’avait que quinze ans. Comme elle le clame dans Hollywood Freak ‘Maman, si tu me voyais, tu serais fière de ta fille’.

Après des études de chant et d’art dramatique en France aux débuts des années 1960, elle débute sa carrière dans les cabarets de la Rive Gauche à Paris en 1966. Mais sa carrière démarre vraiment quand elle revient au Québec en 1972 avec un 33 tours au titre prophétique Tiens-toé ben j’arrive et elle est consacrée lors de son premier spectacle à la Place des Arts en 1973. Sa renommée atteint bientôt les pays de la francophonie où elle poursuit sa carrière. Si en France Diane Dufresne est une chanteuse connue et reconnue, au Québec, elle devient une légende vivante. En 1978-1979, elle participe au premier enregistrement et à la création sur scène à Paris de la comédie musicale de Michel Berger et Luc Plamondon Starmania où elle incarne Stella Spotlight.

C’est de retour dans Hochelaga-Maisonneuve, lorsqu’elle produit au Stade Olympique le spectacle Magie Rose en 1984 où elle demande aux 55,000 spectateurs de s’habiller en rose pour l’occasion, que sa carrière atteint un nouveau sommet. Jamais à ce jour aucun autre artiste québécois n’a réussi ainsi à remplir à lui seul le Stade.

Est-ce à cause de sa collaboration des premières années avec Luc Plamondon ou à cause des costumes excentriques de la diva comme la robe rose avec une traine de 200 pieds de son spectacle Magie Rose, chose certaine elle devient vite une icône dans la communauté gaie à laquelle elle rend bien cet amour en se produisant en 2006 de nouveau au Stade Olympique cette fois dans le cadre du spectacle d’ouverture des premiers OutGames mondiaux. Ces dernières années, elle est montée de nouveau sur scène avec les Violons du Roy n’hésitant pas à s’associer au passage à un événement au bénéfice d’un organisme GLBT. Elle se consacre aussi à sa carrière d’artiste-peintre et c’est à ce titre qu’elle participé à l’ouverture cette année du centre culturel qui porte son nom à Repentigny, en banlieue de Montréal.